Étape à Dali

Un nouvel article consacré à notre «voyage de fin d’année», qui nous a d’abord conduits sur l’île de Hainan, à Sanya puis, de retour sur le continent dans la province du Yunnan, à Kunming, puis à Lijiang.

Carte de Chine figurant la province du Yunnan et les villes de Dali Lijiang Kunming Sanya Suzhou Shanghai

Ce billet relatera brièvement notre découverte de la ville de Dali. Plus précisément, il abordera notre approche du temple des trois pagodes, de la vieille ville de Dali ; puis il fera un compte-rendu de notre tour du lac Er hai.

Détail d'une porte de la ville de Dali et des montagnes cangshan Yunnan Chine

Un voyage rapide en train depuis Lijiang, où nous avons pu constater que les trains de nuit sont transformés en train diurnes où les passagers s’entassent sur les banquettes du bas1, et nous arrivions à Dali, ou plutôt à Xiaguan, la face « moderne » de l’agglomération, mais nous y reviendrons plus loin.

Les trois pagodes

Notre auberge de jeunesse à Dali, le « five elements youth hostel », était situé à l’ouest du centre historique de la vieille ville, c’était donc très commode pour visiter. Mais pour se rendre au temple des trois pagodes, 三塔寺, San Ta Si, il nous a tout de même fallu emprunter un « faux-taxi » au prix d’un bus. Comme quoi, on ne se fait pas toujours avoir.

Temple des trois pagodes à Dali, Yunnan, Chine

Mais à l’entrée de ce célèbre trio de pagodes, datant du IXe et Xe siècles, mauvaise surprise, le prix de la visite était vraiment exagéré, et nous avons décidé d’y renoncer. En revanche, nous nous sommes promenés autour de l’enceinte et des hauts murs qui l’enserre, à la découverte des petites ruelles pleines d’une vie jamais relatée dans les guides touristiques.

Les montagnes cangshan à Dali, Yunnan, Chine et une partie du temple des trois pagodes

Certes, nous n’aurons pas pu aller au pied des édifices, dont le plus grand, Qian Xun Ta, mesure tout de même presque 70 mètres de haut. Mais peu importe, la visite, à en croire les différents témoignages grappillés ça et là, n’est apparemment pas aussi excitante que les photos et les offices de tourisme le laissent entendre.

Dali, ville aux multiples facettes

Porte ouest de la vieille ville de Dali, Yunnan, Chine

Retour à Dali, ou plutôt à proximité de la vieille ville, relique des temps reculés et de la puissance dont elle jouissait naguère. Car Dali, 大理, en pinyin Dàlĭ n’a pas toujours été une simple ville de province.

Rue des étrangers à Dali, Yunnan, Chine

Au premier millénaire après J.-C., entre le VIIIe et le IXe siècle, elle était l’ancienne capitale du royaume de Nanzhao, 南诏国, Nánzhāoguo en pinyin, qui était alors un état à part entière, complètement indépendant vis-à-vis du trône impérial chinois.

Ruelle à Dali, Yunnan, Chine

Par la suite, après le renversement de la dynastie, le royaume de Dali, 大理国, Dàlǐguo, prit sa place jusqu’au milieu du XIIIe siècle. Enfin, c’est à partir du règne de Qubilaï Khan que Dali fut mise sous la coupe de la dynastie Yuan et des suivantes.

Rue piétonne à Dali, Yunnan, Chine

Aujourd’hui, quand on fait référence à Dali, on parle de la vieille ville, 古城; Gǔchéng en pinyin, qui comporte à peine 40 000 habitants et couvre moins de dix kilomètres carrés.

Stand ambulant de baba et autres sucreries chinoises à Dali, Yunnan, Chine

Vue du centre de la vieille ville de Dali, Yunnan, Chine

En fait, Dali est une ville-district, préfecture autonome, qui s’étend le long de la rive occidentale du lac Er hai ; elle compte plus d’un demi-million d’âmes et la « ville moderne », Xiaguan, en caractères simplifiés : 下关; en pinyin : Xiàguān, n’a rien de traditionnel, mais ressemble à n’importe quelle grande cité du pays du milieu.

Ruelle dans la vieille ville de Dali, Yunnan, Chine

Barbecue chinois dans la rue des étrangers à Dali, Yunnan, Chine

Bien évidemment, les bus déversent des troupeaux de voyageurs dans l’ancien centre, aux ruelles pavées au pied de la chaîne des montagnes cangshan (苍山). Les rues sont quadrillées, en damier et bordées de commerces de toutes sortes, à l’image de ce que l’on avait déjà pu voir à Lijiang.

Magasin chinois à Dali, Yunnan, Chine

Restaurant et présentoir à légumes dans la vieille ville de Dali, Yunnan, Chine

Boucherie chinoise à Dali, Yunnan, Chine

Les vieilles bicoques un peu tordues aux murs blancs comportent des scènes campagnardes monochromes peintes dans des cartouches, et sont surmontées de toits aux tuiles recouvertes de mousse et d’herbe.

La rue du peuple dans la vieille ville de Dali, Yunnan, Chine

Bien sûr, nous n’échappons pas aux habituels groupes de touristes chinois, guide hurlant en tête, ni aux éternels vendeurs de cotillons et souvenirs au goût douteux.

Aux abords d'un marché chinois dans la vieille ville de Dali, Yunnan, Chine

À côté de cette effervescence, Dali est aussi célèbre pour être un repaire d’occidentaux, preuve en est les innombrables cafés bordant la renmin lu et la Yangren lu (la rue du peuple et celle des étrangers).

Les cafés de la rue du peuple dans la vieille ville de Dali, Yunnan, Chine

Ambiance décontracto-baba-cool-chicos, le tout bien mélangé, agrémenté d’un peu d’originalités chinoises et de quelques bouis-bouis bas de plafond où l’on peut s’attabler et déguster des raviolis vapeur.

Vendeurs de brix-à-brac touristique à Dali, Yunnan, Chine

Échoppe dans la vieille ville de Dali, Yunnan, Chine

On comprend très vite, même en deux jours, que la ville a quelques particularités bien à elle, c’est sans aucun doute la raison pour laquelle elle attire encore les foules.

Vendeuse de tissus à Dali, Yunnan, Chine

Le lac Er hai

L’autre point fort de notre visite dans cette ville, est la visite du lac Er hai, ěrhǎi, soit la « mer oreille », à cause de sa forme (admettons), 洱海, ou plutôt le tour complet que nous avons eu la chance d’en faire. Il est célèbre auprès des touristes pour la pêche aux cormorans qui y est encore pratiquée traditionnellement au crépuscule.

Vue sur le lac Er Hai depuis les abords de la nouvelle ville de Dali

Notre auberge de jeunesse proposait des tours à la journée pour une somme modique, petit-déjeuner et déjeuner inclus, ce qui nous a tout de suite séduits. Par contre, quelle ne fût pas notre surprise quand nous avons découvert qu’il ne s’agissait non pas d’un tour en vélo, comme nous l’avions espéré mais d’un tour en mini-van. Heureusement pour nous car le lac est immense (deux cent cinquante kilomètres carrés, cent seize kilomètres de circonférence), et on ne peut pas espérer en faire le tour en un seul jour à l’aide d’une bicyclette (d’autant plus si elle est chinoise)! Il est même plus grand que le lac Tai que nous avions approché au début de l’année.

Notre tour (motorisé entre les différents points) a été effectué dans le sens des aiguilles d’une montre, de sept heures du matin à six heures du soir.

Nous avons donc pris un petit-déjeuner chinois à la première étape, à vingt kilomètres de notre départ, Xizhou, 喜洲. Arrivée sur une petite place où quelques étals aux marmites et casseroles fumantes sont dispersés ça et là, en attente des locaux qui doivent avoir l’habitude de venir y manger.

Place du marché à Xizhou, près de Dali, Yunnan, Chine

Nous nous asseyons sur de tout petits tabourets en bois disposés autour d’une table basse recouverte d’une nappe défraîchie où sont placés un pot de baguettes jetables en bois, une sauce épicée et un grand plateau central.

Babas spécialité chinoise à Dali, Yunnan, Chine

Soupe de nouilles chinoises au petit-déjeuner à Dali, Yunnan, Chine

Notre guide revient bientôt avec des babas, spécialité déjà rencontrée à Lijiang, gras, sucrés et salés (dur à avaler à jeun) et de la soupe de pois aux herbes pour tous. Cette dernière tient plus de la consistance du flan que du potage, mais c’est très bon.

Soupe de pois chinois à Dali, Yunnan, Chine

Après cette première épreuve gastronomique pour se mettre en jambes, petite balade dans les ruelles du hameau (dix mille habitants seulement).

Bibelots et chaussures tressées à Dali, Yunnan, Chine

Rues encombrées de Xizhou autour du lac Er Hai, près de Dali, Yunnan, Chine

Ruelles tapissées de pois à Xizhou, autour du Lac Erhai près de Dali, Yunnan, Chine

Nous approchons les champs déjà aperçus depuis la route où poussent le blé, le riz, les légumes, les pois, etc.

Champs de céréales en Chine près de Dali, Yunnan, Chine

Ruelle de Xizhou autour du lac Er Hai, près de Dali, Yunnan, Chine

Des bicoques et des vieux délabrés, hors d’âge. On se croirait à la campagne ! Puis visite d’une demeure reconvertie en hôtel luxueux pour nantis, avec vue sur la campagne environnante.

Champs chinois près de Dali, Yunnan, Chine

Au loin, des paysans travaillent dans leurs champs, parfois avec de l’eau jusqu’aux genoux dans les mini-rizières individuelles très vertes à cette saison.

Paysans chinois dans une rizière près de Dali, Yunnan, Chine

Dans les rues, nous découvrons comment les pois sont séchés et écossés : on les dispose en tapis au milieu de la route, et les véhicules et piétons viennent les écraser lors de leur passage. On se sent bien loin de l’industrie agro-alimentaire aseptisée en Europe !

Ruelle de Xizhou, près de Dali, Yunnan, Chine

Ruelle de Xizhou, près de Dali, Yunnan, Chine

Puis, nous reprenons la route, en direction du nord-est du lac, toujours en suivant la berge dans le mini-van sans suspension. Secousses garanties durant tout le trajet, accrochez vos organes internes ! Après un petit arrêt à Shuanglang, un village de pêcheurs, retour sur l’asphalte, pardon, la terre battue.

Dans un minivan chinois

Shuanglang, le village de pêcheurs du lac Er Hai, près de Dali, Yunnan, Chine

Le déjeuner a lieu à Wase, petite bourgade sur la rive est. Au menu, poisson aigre sucré, une spécialité de la région, et différents plats plutôt fades. Le coin est assez agréable car on peut longer des pontons et observer l’eau transparente du bord. Des barques sont amarrées à différents endroits.

Berge près du village de Wase, près de Dali, Yunnan, Chine

De l’autre côté du lac, on distingue la vieille ville et les trois pagodes, dont l’étendue semble plus impressionnante vue de ce côté-ci, avec la chaîne de montagnes en fond.

Autre vue de la berge du lac Er Hai près de Dali, Yunnan, Chine

Après midi, nous repartons sur la rive est, toute en construction et en train d’être bitumée.

Vue sur les monts à l'est du Lac Erhai à Dali, Yunnan, Chine

L’ambiance est celle d’un chantier immensément grand, tractopelles et bulldozers compris ! Partout la poussière rouge de la terre vole et dans le mini-van, on se croirait en safari ! La voiture avance au ralenti pour ne pas finir par casser les essieux. Un grand moment !

Vue d'une rive du lac Er Hai, près de Dali, Yunnan, Chine

Autre rive du lac Er Hai à Dali, Yunnan, Chine

Encore une autre rive du lac Er Hai

À noter la présence d’un petit temple isolé de la rive, le Xiao Putuo Dao non loin de Wase, et qui est assez singulier au milieu de l’immensité liquide qui l’entoure.

Barques près de Xiao Putuo Dao sur les berges du lac Er Hai près de Dali, Yunnan, Chine

Xiao Putuo Dao sur le lac Er Hai à côté de Dali, Yunnan, Chine

Plus tard, nous avons pu faire une brève visite du pavillon aux miroirs célestes, en caractères chinois : 观音阁, guan yin ge, qui normalement est accessible en ferry depuis la rive ouest pour le même prix que nous avions payé la journée d’excursion… Bonne affaire!

Le bâtiment principal du pavillon aux miroirs célestes près de Dali, Yunnan, Chine

Détail architectural près de Dali, Yunnan, Chine

Cela d’autant plus que la visite s’est révélée moins incroyable que ce que notre guide papier nous laissait imaginer.

Pagode au pavillon aux miroirs célestes sur les berges du lac Er Hai près de Dali, Yunnan, Chine

Certes, le site est bâti à flanc de falaise rocheuse et le principal bâtiment possède des fresques très bien restaurées présentant le panthéon bouddhiste, mais il nous a manqué quelques explications pour pleinement profiter de l’endroit.

Détail architectural sur le pavillon aux miroirs célestes près de Dali, Yunnan, Chine

La vue du haut des quelques étages du pavillon offre en revanche un très beau panorama sur le lac aux reflets bleus et verts et les environs immédiats teintés de terre rouge et d’ocre.

Vue sur le lac Er Hai depuis le pavillon aux miroirs célestes sur les berges du lac Er Hai près de Dali, Yunnan, Chine

Enfin, nous nous sommes également arrêtés près du complexe olympique de Xiaguan, la nouvelle ville, mais vu le peu d’intérêt de ce point, je préfère ne pas rallonger inutilement cet article déjà bien étoffé.

Route sur les berge du lac Er Hai à Dali, Yunnan, Chine

Rue dans la vieille ville de Dali, Yunnan, Chine et montagnes Cangshan

Alors bien sûr, ce bref récit d’une journée pour faire le tour du lac Er Hai est (très) lacunaire, mais il donne déjà un bon aperçu de ce que nous avons pu découvrir ce jour-là.

Cet article sur notre étape à Dali est terminé, et la suite logique de notre parcours se trouve dans notre envol vers Guilin.

  1. Les trains de nuit comportent quatre classes : couchette molle, couchette dure, assise molle et… assise dure. La première offre une place dans une cabine fermée de quatre passagers, la seconde n’a pas de porte entre les différents box de six individus, qui bénéficient de juste assez d’espace pour se coucher, pas pour s’asseoir. Les sièges mous sont des sièges traditionnels, deux places de chaque côté de l’allée centrale du wagon. Quant à la dernière catégorie et bien, elle est réservée aux courageux ! []

4 commentaires pour “Étape à Dali”

  1. [...] à Kunming, la capitale de la province du Yunnan. Les articles à venir relateront nos étapes à Dali, Guilin et [...]

  2. [...] voyage d’un mois que nous avons entrepris et qui passe par l’île de Hainan, Kunming, Lijiang, Dali, Guilin et [...]

  3. [...] s’inscrit dans un cycle de billets qui continuera avec le résumé de notre passage par Lijiang, Dali, Guilin et enfin [...]

  4. [...] de fin d’année », consacré à notre passage par Yangshuo, après Sanya, Kunming, Lijiang, Dali et Guilin. Si vous n’avez pas lu ces billets qui viennent chronologiquement avant celui-ci, je [...]