Les supermarchés chinois

La Chine a connu ces dernières années des métamorphoses sociales et culturelles qui l’inscrivent désormais dans l’économie de marché mondiale. De pair avec cela, la société de consommation que nous connaissons en Europe apparaît petit à petit dans le pays, pas besoin d’être un observateur chevronné de ces univers mercantiles pour s’en apercevoir une fois sur place. Partout fleurissent les enseignes lumineuses, accompagnées de rayons gorgés de produits plus ou moins semblables à ceux proposés en Europe, à quelques nuances près. Mais comme on peut s’en douter, il y a une « spécificité chinoise », et même plusieurs !

Caisses enregistreuses dans un supermarché en Chine

Une myriade de commerces

Il y a une première chose qu’il faut savoir : tout le monde semble pouvoir vendre de tout en Chine, même dans un local exigu ! Les petites échoppes de rue — il est même faux de parler de commerce de proximité, c’est encore plus proche que cela — pullulent, proposant toutes, à première vue, les mêmes produits et devant ce côté très répétitif, on peut s’interroger sur la viabilité économique de tous ces endroits baignés de la « douce » lueur des néons !

Des enseignes pas très chinoises

La surprise en arrivant en Chine, c’est de retrouver des enseignes de supermarchés connues dans l’hexagone. Les deux plus fameuses sont Carrefour et Auchan. Les deux enseignes ont adopté leur image pour la culture du pays : ainsi la traduction en sinogrammes de la première marque signifiera quelque chose comme « au bonheur de la famille » ! D’ailleurs les gens ne comprennent pas automatiquement le nom « occidental » de ces marques.

Ces magasins sont assez pratiques pour trouver quelques produits importés (pâtes italiennes, céréales, certains produits introuvables en Chine, etc.) et l’expatrié en mal de quelques saveurs familières s’y rendra à chaque fois que le besoin se fera sentir.

Le rayon boulangerie d'un supermarché français en Chine

On trouve également de nombreuses autres enseignes, américaines la plupart du temps, et qui ont su adapter leur plan marketing aux nouvelles habitudes des locaux.

Enfin, il faut aussi mentionner la forte présence — dans les galeries commerciales des supermarchés — d’innombrables marques internationales de vêtements (de ville et de sport), accessoires et cosmétiques. Bref, le touriste occidental ne sera pas trop en manque de repères consuméristes. Une particularité tout de même : certaines grandes enseignes, dans une même rue, peuvent avoir plusieurs emplacements, même en vendant exactement la même chose !

Paquets surprise

On se doutait qu’en arrivant ici, tout allait être écrit en sinogrammes, même les emballages des produits disponibles dans les supermarchés. Nous avons cru qu’il serait facile de deviner ce que contenait les boîtes, récipients et autres sachets dans les rayons de par leur forme, et également par leur disposition les uns avec les autres. En fait, c’était méconnaître le paysage bigarré et chatoyant que propose l’univers des produits chinois contemporains… Rien ne nous est épargné : codes couleurs, illustrations tape–à–l’œil, etc.

En fait, rien n’est semblable aux produits européens : les yaourts peuvent être présentés dans un bidon ressemblant — pour nous — à du liquide pour laver les sols, les fruits secs sont vendus dans des sachets plats avec (bonne surprise) des sachets siccatifs à l’intérieur (si, si, les mêmes que dans les chaussures neuves) et les boissons fruitées peuvent arborer une jeune fille dont la chevelure ondoyante ferait plus penser à un shampoing qu’à un rafraîchissement !

Rayon de supermarché chinois

Pour couronner le tout, n’oubliez pas, si vous ne trouvez pas les mouchoirs, ils sont dans le rayon fournitures scolaires, entre les pattes de poulet sous vide et les tournevis. Logique oblige. Je caricature à peine.

Cuisse de poulet sous vide en Chine

Bacs de riz dans un supermarché en Chine

Pas frais mon poisson ?

Les pattes de poulet sous vide ont étés évoquées, et si vous n’êtes pas encore convaincus du décalage nutritionnel, d’autres exemples peuvent être avancés.

Pattes de poulet sous vide en Chine

Prenons les « œufs de cent ans »1 présentés dans des emballages dépourvus d’air eux–aussi, les innombrables bonbons et friandises proposés chacun en portion individuelle, ce qui a pour conséquence fâcheuse l’augmentation du nombre de sur–emballages dispersés dans la nature environnante.

Rayon friandises au supermarché en Chine

Mais en parlant de choses plutôt déconcertantes, il y a plus étrange dans les rayons « frais » de certains supermarchés (pourtant tout récemment construits), particulièrement en ce qui concerne la poissonnerie et la boucherie. Dans les deux cas, beaucoup de morceaux séchés proposés en vente dans des bacs comme on choisirait des pommes ou des laitues, ce n’est encore pas exceptionnel.

Non, ce qui est troublant, c’est de voir des aquariums au beau milieu du magasin avec des poissons parfois morts à l’intérieur !

Rayon frais dans un supermarché chinois

Rayon poissonerie dnas un supermarché chinois

Ou bien encore de voir des bacs de viande à farce à l’air libre où certains clients n’hésitent pas à se servir — ce ne sont pas des commérages mais des choses vues — avec les mains. Bref, ça dépayse, mais pas seulement. Il y a une sorte de contradiction avec l’idée que l’on se fait d’un supermarché : propre, avec des rayons pleins de produits tellement parfaitement alignés qu’on les croirait remplis par une horde d’employés mono–maniaques, bref de quoi faire pâlir le plus strict des modernistes suisses. Il faut oublier tout cela ici, car sinon on peut parfois se faire quelques frayeurs !

Rayon traiteur dans un supermarché chinois

À ces quelques anecdotes plutôt « visuelles », il faut également ajouter le bruit qui règne dans les grandes surfaces, qui devient vite agaçant : les haut–parleurs débitent bien souvent un flot de musiques au rythme très pressant, limite techno, et les vendeurs omniprésents (il y en a au minimum un par allée, pour pousser les clients à l’achat, pardon, aider les consommateurs) braillent en continu les mérites de tel produit en promotion exceptionnelle.

Allez, il faut se dire qu’il y a de bien meilleures visites à faire en Chine que celle de supermarchés, mais cela reste tout de même un bon moyen de prendre du recul par rapport à nos habitudes contemporaines et quotidiennes !

  1. « Les œufs de cent ans », en pinyin pídàn, en sinogrammes simplifiés 皮蛋, ce qui signifie littéralement « œufs dans la peau », est un œuf conservé dans un mélange de cendre, d’aromates, de riz et de boue riche en chaux pendant une période de quelques mois, ce qui augmente considérablement les saveurs de base… Le blanc de l’œuf devient vert et le jaune marron, et les Chinois en raffolent… []

Les commentaires sont fermŽs !