Balade à Beijing 4/5

Encore un article consacré à notre visite de Beijing en ce mois de Janvier 2011. Je vous invite à commencer le récit par le premier article de la série si vous l’avez manqué, ou de revenir au second ou troisième article si l’un d’entre eux vous a échappé.

Ce nouveau billet relate la visite de la Place Tian’an Men, du mausolée de Mao Zedong, du temple de Confucius, du temple des Lamas. Pour terminer cet article, à nouveau une petite promenade dans les hutongs de la ville.

Tian’an Men

Levés de bonne heure, nous partons pour l’excursion du matin. Direction en taxi : la fameuse place Tian an’men, haut lieu de l’histoire de la Chine à la fin du XXe siècle…

Porte sud de la cité Interdite à Beijing

Nous l’avions déjà aperçue lors de notre visite de la Cité Interdite, située tout de suite au nord, en plein centre de Beijing. En arrivant sur place… Surprise ! Contrôles de sécurité (détecteurs de métaux) pour pénétrer sur ce qui n’est, somme toute, qu’un espace vide !

Monument aux héros du peuple sur Tian-an Men à Beijing

Une fois cette formalité remplie, nous avons vite pu nous apercevoir à quel point ce lieu est dévolu à la promotion de la nation : écrans géants — une bonne trentaine de mètres de large — avec musique patriotique en fond sonore, drapeaux hissés le matin par les gardes (qui sont d’ailleurs omniprésents sur la place), etc.

Installation vidéo sur la place Tian'an Men à Beijing

Impressionnante de démesure, mais au-delà du prestige médiatique de l’endroit, ça ne reste qu’une place entourée de bâtiments au style très massif et peu à mon goût.

Bâtiment officiel sur la place Tian’an men

Le tour en est vite fait, et après avoir observé les groupes d’enfants de moins de dix ans accompagnés de leurs instituteurs et les cars de touristes chinois venus s’extasier sur l’horizontalité de l’endroit, nous cherchons une autre occupation.

Groupe de touristes chinois sur la place Tian'an Men à Beijing

Mausolée de Mao Zedong

Nous avions prévu d’aller voir le mausolée du Grand Timonier, puisqu’il se situe au centre de cette vaste étendue bétonnée. De loin, le bâtiment est imposant avec sa façade à colonnades et les immenses baies vitrées. En arrivant à proximité, une vidéo présente une mise en situation où il est rappelé tout ce qui est de l’ordre de l’interdit dans l’édifice. La liste est longue.

Statue devant le mausolée de Mao

C’est d’ailleurs à cause de l’interdiction d’emmener tout sac à l’intérieur et également parce qu’il faut patienter trois quarts d’heure dans le froid que nous avons finalement abandonné l’idée de faire la visite.

Une amie texane rencontrée à l’auberge aura plus de courage que nous pour, en définitive, ne pas en garder un souvenir impérissable. Elle nous déclarera le soir, dans la langue de Buffalo Bill : « 50 minutes de queue pour 50 secondes de visite » ! Celle-ci s’effectuant au pas de course, avant que le touriste lambda ne se retrouve propulsé dans la galaxie-souvenirs estampillés officiels à l’effigie de Mao. Aucun regret d’avoir manqué cela !

Le temple de Confucius

Si les vestiges de la fin du XXe siècle nous ont quelque peu déçus, il n’en est pas de même pour le patrimoine spirituel plus ancien que recèle la capitale.

Statue au temple de Confucius

Le Kongmiao, 孔庙,en est un bon exemple. Ce temple a une très grande importance dans l’histoire du confucianisme (en pinyin : Rújiā, et en caractères simplifiés 儒家 qui signifie littéralement « école des lettrés »), il propose une bonne explication de ce courant de pensée parfois trop méconnu, surtout pour nous occidentaux. Juste pour mémoire, l’influence du confucianisme est souvent comparée à celle des grands philosophes grecs en occident ; doctrine d’état depuis près de deux millénaires, elle a joué un grand rôle dans l’évolution du pays du milieu.

Détail d’une sculpture au temple de Confucius

La cour du temple abrite des stèles mais les inscriptions qui y figuraient n’ont pas été préservées de la lente érosion du temps.

Plaque calligraphiée au temple de Confucius

Les bâtiments aux toits typiquement chinois nous plongent dans un univers très décalé à côté des immeubles modernes présents à quelques cinquante mètres de là.

Vue d’un bâtiment dans le temple de Confucius à Beijing

La visite était agréable car les hordes de touristes en étaient absentes, peut-être à cause de la saison ou de la température.

Sculptures au temple de Confucius

Le musée consacré à l’histoire du confucianisme et à son développement était remarquable, d’une part car il était traduit en anglais, mais également parce qu’il proposait des pièces éclairantes, diversifiées (instruments de musique, livres, œuvres d’art, explications historiques, etc.) et bien mises en valeur.

Pièce de collection au temple de Confucius

Pièce de collection au temple de Confucius

Pièce de collection au temple de Confucius

Pièce de collection au temple de Confucius

Ancien livre au temple de Confucius

Ancien livre au temple de Confucius

Le temple des lamas

Dans le même quartier, nous avons eu la chance de visiter ce 墉和宫, yonghe gong, l’un des plus grands temples de la capitale. Là aussi, on se sent transporté dans un autre univers, en rupture avec l’agitation extérieure, la frénétique fourmilière environnante.

La ferveur des gens est toujours présente. Comme lors de notre visite du temple du Mystère à Suzhou, nous remarquons les gens qui s’agenouillent, brûlent de l’encens dans de grands autels en métal jusqu’à former une fumée très dense qui danse dans les lumières du jour décroissant.

Fidèles au temple des Lamas à Beijing

Successions de toits traditionnels chinois du temple des lamas

Les édifices se succèdent, nous croisons quelques lamas. Ils semblent plutôt réticents à être pris en photo, alors je n’insiste pas.

Lamas à Beijing

Offrandes au temple des lamas à Beijing

Offrandes au temple des lamas à Beijing

Puis nous continuons de flâner, découvrant une salle de méditation commune où se dresse une statue déjà gigantesque d’une divinité mais surpassée peu après par l’immense statue de 26 mètres de haut et 8 mètres de large — d’un seul tronc de santal — du Bouddha qui trône tout au fond du dernier temple, cadeau de l’empereur Qianlong au 7e dalaï–lama. De quoi donner le vertige, et un sacré torticolis.

Détail d’un moulin à prière au temple des lamas à Beijing

Captivés et intrigués par cette culture tellement différente de la nôtre, nous passons encore un peu de temps dans ce lieu de culte et de tourisme.

Prière au temple des lamas à Beijing

La visite s’achève sur une petite exposition regroupant des mandalas, divers plats et coupes en métal, des tenues d’apparat, et autres objets traditionnels de culte. Là encore, un endroit attachant dans le cœur de Beijing !

Tours du Tambour et de la Cloche

Situées en plein cœur des hutongs, ces deux tours édifiées au XVe et au XVIIIe siècles se font face, l’une rénovée depuis peu, l’autre plutôt dans un état créé par le passage du temps. Le contraste est intéressant pour l’œil.

La tour du tambour à Beijing

La tour de la cloche à Beijing

Au centre, une place avec quelques commerces pour touristes fortunés. Il y a là une foule de rickshaws aux chauffeurs sympathiques. Ils nous approchent et sourient d’un air convenu quand nous leur disons être Français. Il semble que ce soit le moment de la pause pour une bonne moitié de leurs collègues assoupis à l’arrière de leurs véhicules.

Chauffeurs de Rickshaws faisant la sieste

Comme il est déjà tard, nous décidons de ne pas visiter Gulou et Zhong lou (leurs petits noms chinois) car l’heure de la fermeture approche. Nous entendrons tout de même les tambours résonner depuis l’extérieur.

Encore beaucoup de choses à montrer dans la suite de notre excursion dans la capitale du pays du milieu. Dur exercice que celui d’être synthétique quand on a tant à dire à propos d’un monde et d’une culture que l’on découvre !

2 commentaires pour “Balade à Beijing 4/5”

  1. [...] la lecture par le premier de la série, et également à consulter les second, troisième et quatrième articles si vous les avez [...]

  2. [...] vous invite à continuer la lecture avec le prochain article sur ce résumé de notre visite de [...]