Exposition Universelle 2/2

Suite de notre visite de l’exposition universelle de Shanghai 2010 dans le dernier mois de son ouverture. Si vous n’avez pas lu le précédent article qui décrit le début de notre découverte de cet évènement international majeur, je vous suggère de commencer par le lire, puis ensuite de revenir ici.

Toujours un temps pluvieux pour les second et troisième jours de la visite, ce qui n’a pas découragé les dizaines de milliers de visiteurs, toujours aussi impatients devant les portiques d’entrée à l’ouverture du site. Au final, l’exposition aura vu défiler environ 73 millions de visiteurs selon les organisateurs !

Pavillon de l’Angola à l’exposition universelle

Nos déambulations du premier jour se seront limitées (enfin ce n’est déjà pas si mal) aux sections A, B, C du site, situées au sud de celui-ci. Le deuxième jour, nous nous sommes concentrés sur les parties D, E, de l’autre côté du fleuve. Pour y accéder, passage soit sur l’eau grâce à l’une des navettes fluviales, soit par métro, en passant sous le cours d’eau.
Une fois là-bas, nous découvrons une autre face de l’exposition universelle, qui nous a paru plus en accord avec ce à quoi nous nous attendions en termes de projets d’avenir et d’innovations technologiques.

Le pavillon 2030 à l’exposition universelle

Un des pavillons spéciaux de l’exposition universelle

En effet, les pavillons présents sont plus spécifiques, représentant souvent une grande entreprise, mais aussi des édifices « à thème » avec notamment le « Pavillon du Futur ».
Le slogan de l’évènement « meilleure ville, meilleure vie » prend, ici, une autre dimension. Il nous a semblé bien plus présent à beaucoup d’égards, en particulier dans les pavillons qui proposaient un contenu réellement innovant.

À l’intérieur d’un des pavillons spéciaux de l’exposition universelle

À l’intérieur du pavillon du futur à l’exposition universelle

À l’intérieur du pavillon du futur à l’exposition universelle

Impossible de lister toutes les surprises visibles à cet endroit mais chaque pavillon avait véritablement un caractère propre.
Il faut aussi mentionner que c’est dans cette partie de l’exposition universelle que l’on pouvait visiter des bâtiments consacrés à une ville en particulier et qui avaient une stratégie en accord avec le thème général telles Montréal, Paris, Sao Paulo, etc.

À l’intérieur d’un des pavillons spéciaux de l’exposition universelle

En résumé, un espace plein de réjouissances, comme en témoigne l’étonnant FTSI Ball Grid Array visible en cliquant sur le lien ci-contre et sur la photographie ci-dessous.

FTSI Grid Ball Array à l’exposition universelle

Après cela, nous nous sommes rendus jusqu’à certains bâtiments nationaux parmi les plus populaires que nous n’avions pas pu voir les jours précédents.
D’abord le pavillon de l’Espagne, avec une sorte de carapace de plaques d’osier (apparemment) tressées, et un intérieur assez grandiose et surprenant, retraçant en quelque sorte une histoire du pays des tapas et de Guernica, du flamenco et plus récemment, du football mondial.

Pavillon Espagnol à l’exposition universelle

Détail du pavillon de l’Espagne à l’exposition universelle

À l’intérieur du pavillon de l’Espagne à l’exposition universelle

À la sortie de celui-ci, nous attendait également une rencontre pour le moins inattendue et de taille.

À l’intérieur du pavillon de l’Espagne à l’exposition universelle

Ensuite, le pavillon russe semblait tout droit sorti d’un rêve, mélangeant conquête spatiale et végétaux géants type Alice au Pays des Merveilles !

Pavillon de la Russie à l’exposition universelle

À l’intérieur du pavillon russe à l’exposition universelle

À l’intérieur du pavillon russe à l’exposition universelle

Finalement, nous aurons réussi en trois jours à visiter une grande majorité des pavillons présents, faisant l’impasse sur certains où l’attente était trop importante.
Un petit mot également au sujet des centaines de jeunes chinois volontaires sur l’exposition, omniprésents et souvent anglophones, donc vraiment indispensables pour toute demande de renseignements !

Volontaire exposition universelle 2010

À noter également, les cahiers imitant les passeports de l’exposition, vendus sur place et disponibles dans différentes versions plus ou moins rares (et chères, bien entendu). Ces objets devaient être tamponnés par l’accueil de chaque pavillon, moyen efficace pour beaucoup de chinois qui n’auront peut-être pas l’occasion de beaucoup voyager de garder un « souvenir » du pays « visité ». Une opération à grand succès, mais qui, à notre avis, donnait plus envie aux chinois d’obtenir un cachet encré que de réellement découvrir une culture et un pays inconnu. Assurément un sacré coup de commerce !

À l’intérieur du pavillon estonien à l’exposition universelle

Pavillon de la République Tchèque à l’exposition universelle

Les quelques photographies qui illustrent cet article ne présentent qu’un infime échantillon de tout ce qu’il y avait à contempler dans l’exposition universelle. Aussi, pour ceux qui voudraient regarder plus d’images de pavillons, je leur conseille d’aller voir la page Wikipédia consacrée à l’exposition universelle de Shanghai 2010 qui présente une bonne galerie de clichés.
À consulter aussi, le très réussi et francophone site officiel de l’exposition universelle, qui propose —entre autres— une visite virtuelle de certains bâtiments.

Les commentaires sont fermŽs !